Burkina Faso : L’Union Européenne offre du matériel à l’armée

0
184

Ce jeudi 3 décembre 2020, une cérémonie au cours de laquelle l’Union Européenne a fourni du matériel de défense et de génie millitaire à l’armée, a eu lieu au sein du camp Général Aboubacar Sangoulé Lamizana. Ce don d’équipements civilo-militaires fait partie du programme RENFORCES 1, initié depuis 2018 entre l’Etat-Major Général des Armées et la Délégation de l’Union Européenne et émanant du Partenariat pour la Sécurité et la Stabilité au Sahel (P3S).

Estimé à environ 2,6 milliards de francs CFA, le don est composé pour le premier lot de véhicules de protection et de détection d’explosifs et pour le second lot d’une unité de forage, de matériels de détection d’engins explosifs, de rouleaux de concertina et de gabions.

Wolfom Vetter, ambassadeur de l’UE au Burkina Faso a fait comprendre que ce n’est que récemment que l’Union Européenne s’est engagée aux côtés du Burkina Faso dans le secteur de la défense. Par ailleurs, il a exprimé l’espoir que ce dispositif va aider les soldats déployés et les populations sur place et va surtout renforcer la confiance entre les FDS et la population,  « ce qui est la seule façon de réussir dans la lutte contre le terrorisme ».

Moïse Minoungou, le chef d’état-major général des armées, a expliqué que certains des véhicules sont « de dernière génération ». Il a ajouté que ces équipements vont participer au renforcement des capacités des forces de défense dans le sens où « le matériel n’a jamais suffi », étant donné que « le champ est trop large ».

Il n’a pas manqué d’affirmer que le geste de l’Union Européenne à l’endroit des forces armées constitue un témoignage parfait de la réponse collective indispensable dans la lutte contre le caractère transfrontalier de l’hydre terroriste.

RENFORCE est un projet novateur

Wolfom Vetter a expliqué que l’Union Européenne est le 1er contributeur financier de la Force Conjointe du G5 Sahel et la deuxième phase d’appui a été initiée pour un montant de 100 millions d’euros. Somme à partir de laquelle « le bataillon burkinabè sera soutenu pour les 2 prochaines années à hauteur de 8 à 9 millions d’euros en équipements et en infrastructures de protection ».

Revenant sur le programme RENFORCE, il a expliqué qu’il se décline en 3 projets indépendants dont RENFORCE 1 dans l’EST et bientôt RENFORCES 2 et 3 dans le Centre-Nord et le Nord pour un montant de 17 millions d’euros.  L’objectif premier de ce programme, selon lui, est « l’amélioration des conditions matérielles dans lesquelles les forces armées nationales sont déployées, tant sur le plan de la protection que des conditions de vie dans les zones d’engagement ».

Burkina24

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici