Sécurité au Burkina Faso : A la découverte de la Brigade d’Intervention de l’Administration Pénitentiaire (BIAP)

0
53
La nouvelle donne en matière de criminalité voire de terrorisme commandait de toute urgence la mise en place d’une unité d’élite au sein de l’administration pénitentiaire, la  » BIAP  » .
Il est vrai qu’il y a un front de lutte contre l’hydre terroriste qui est d’ailleurs sans visage et il va de soi que des troupes soient déployées, à cet effet, en amont.
Dans les différents théâtres d’opérations, il arrive que des arrestations d’individus soupçonnés pour des faits en lien avec le terrorisme soient opérées. Compte tenu de l’état de dangerosité de ces personnes arrêtées et poursuivies pour de faits d’extrémisme violent, de criminalité organisée ou même de terrorisme, leur gestion, en aval, se fait dans un cadre particulier. Les mouvements qui les impliquent doivent se faire avec beaucoup de professionnalisme.
👉Le contexte de criminalité fait subséquemment peser des menaces diffuses sur les établissements pénitentiaires, sur certaines autorités judiciaires ainsi que sur d’autres domaines relevant du département de la justesse des éléments partout où le devoir les appelle.
Pour conforter tous ces éléments, il est judicieux d’analyser de près l’article 2 de l’arrêté N°2019-046/MJ/CAB portant création, attributions, organisations et fonctionnement d’une Brigade d’Intervention de l’Administration Pénitentiaire.
👉« La BIAP est une unité d’élite pour assurer des missions spécifiques de sécurité.La mission principale d’intervenir en situation d’urgence et à haut risque telles que les prises d’otage, les mutineries, les intrusions, les tentatives d’évasion massives, les actes de terrorisme, les actes d’extrémisme violent, les interpellations de détenus dangereux en milieu carcéral. Outre ses missions principales, la BIAP a des missions d’assistance et de protection de personnalités. »
La BIAP a, à son actif, assuré plusieurs escortes et transfèrements de Ouagadougou vers certaines provinces abritant des établissements pénitentiaires et vice versa. L’unité a vaillamment rétabli l’ordre au centre pour mineurs en conflit avec la loi de Laye face aux velléités d’individus de s’en prendre aux installations dudit centre.
 En outre, la BIAP escorte régulièrement des autorités
pour des déplacements dans l’exercice de leurs missions.
Bref, autant d’éléments qui légitiment la création de l’unité d’élite de l’administration pénitentiaire et qui font d’elle une réponse adaptée et permanente dans le contexte difficile de lutte contre le terrorisme.
Nul doute que la BIAP peut encore accroître ses capacités opérationnelles avec un appui substantiel en matière logistique.
SOURCE : Extrait du journal « LA LOUPE Pénitentiaire »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici