Problématique des magasins de stockage situés dans les quartiers résidentiels de BOBO-DIOULASSO : Cas des quartiers DIARRADOUGOU, ACCART-VILLE, PETIT-PARIS de la ville

0
110

Au BURKINA FASO, un phénomène s’est développé dans les villes urbaines et semi-urbaines. Ce phénomène constaté ces 10 dernières années consiste à transformer une partie de son domicile faisant face aux voies bitumées ou non en magasin ou boutique. C’est le cas de la capitale économique BOBO-DIOULASSO.

A BOBO-DIOULASSO plusieurs quartiers sont touchés par ce phénomène notamment les quartiers de DIARRADOUGOU, SOUROUKOUKI, ACCART-VILLE…, en effet, louer sa cour ou une partie de sa concession qui fait face au dehors ou pas pour des magasins de stockage ou des ateliers à activités manuelles (soudure, menuiserie, mécanique) est chose courante. De nos jours, même les quartiers les plus huppés tels Petit-Paris, Yéguéré n’en sont pas épargnés. Les activités menées dans ces magasins sont généralement à caractère dérangeant et mettent très souvent les riverains en insécurité. Les locataires prennent seulement une petite maison et dérangent tout le quartier. Ces quartiers deviennent pour eux des lieux de parking où plusieurs camions s’y stationnent, devenant ainsi un véritable danger pour les gens et surtout pour les plus petits qui courent de gauche à droite risquant leurs vies puisque ces véhicules peuvent provoquer des incendies voire causer des pertes en vies humaines. Ils sont aussi des facteurs de dégradation de l’environnement car provoquant des nids de poule qui deviennent de grandes retenues d’eaux en saison pluvieuse d’où un sérieux problème d’assainissement. Avec les ateliers comme ceux de soudure, il est quasiment impossible de se prélasser chez soi dans ces localités du fait des nuisances sonores. Sans ignorer les magasins de stockage de sésames où la période du tamisage se révèle comme un vrai calvaire pour les riverains à cause de la poussière dégagée. Certains voisins victimes préfèrent rester dans le mutisme pour éviter les conflits, d’autres se plaignent ouvertement souvent jusqu’à se référer à la police.

Au vu de tout cela, la police municipale mène des actions qui sont à saluer et à encourager. En effet, elle a une grue pour débarrasser tout véhicule qui se stationne en encombrant les voies. De plus, il y’a des numéros spéciaux qu’on peut appeler pour alerter la police. Nous avons entre autres : 17, 16 , , 10 10 ou le 20 97 20 32.

Selon l’article 4 du décret no 2003-418/PRES/PM/MITH/SECU/MJ/DEF/MATD 12 août 2003 portant définition et répression de contraventions en matière de circulation routière, il est formellement interdit de stationner devant une porte ou de manière à gêner la circulation ou à constituer un danger, aussi en tout lieu où le stationnement est interdit par signalisation ou encore sur la chaussée encore moins sous ou sur un pont …

En tout état de cause une sensibilisation est nécessaire pour faire comprendre aux différentes parties (propriétaires de magasin et locataires) la nécessité de se conformer à la loi.

Fatoumata Traoré (stagiaire)

Ouest actu

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici