Pr Laurent BADO : Je regrette d’avoir fait la politique, je retourne bientôt m’installer au village définitivement.

0
1011

Laurent BADO, professeur de droit constitutionnel et sciences politiques à l’université de Ouagadougou (actuelle Université Joseph Ki-Zerbo) jusqu’en 2014, année de sa retraite,  a occupé plusieurs autres postes de responsabilité (Commissaire à la Réforme de l’administration, Chef du département de droit public, etc.)

Il crée en 2000, le Parti de la renaissance nationale (PAREN) et forme, en 2005, avec le Mouvement populaire pour le socialisme (MPS) du docteur Pargui Émile PARE, une coalition : « l’opposition burkinabè unie » (OBU), en vue de présenter un candidat unique à l’élection présidentielle de 2005. Mais la coalition éclate faute d’entente sur le choix du candidat à présenter. Une vive polémique a d’ailleurs opposé BADO à PARE à propos d’une affaire de 30 millions de CFA que le pouvoir leur aurait remis pour créer une vraie opposition politique. Il a également une position très tranchée sur l’homosexualité qu’il qualifie de crime contre l’humanité1 en appelant les Africains à faire preuve de vigilance sur la conservation des acquis culturels de la société.

Ancien député de la quatrième législature, le Pr Laurent BADO, nous a confié lors d’une entretien téléphonique réalisé le 14 septembre dernier ceci: ‘J’ai perdu des millions en  créant un parti politique, des escrocs, ils m’ont bouffé mon argent et il n’y a rien. Dans mon propre village, mon parti n’a été majoritaire, alors que mon père a changé ce village qui était un village pauvre et minable; Ils ne connaissaient pas le maraichage, c’est lui qui a amené ça. »  et il poursuit : »c’est moi qui ai fait venir la santé, le CSPS qui est là, ma femme a amené l’électricité. Ils ont préféré voter des partis qui volent le peuple. »

La question de savoir comment il vit sa retraite, il nous répond:  » Je me prépare à rejoindre définitivement mon village Zoula et attendre ma mort. J’y suis présentement, j’ai même fait désherber ma tombe. Vous savez moi j’aime la campagne, je n’ai jamais aimé la vie en ville. »

On se rappelle en 2015, le Pr Laurent BADO avait affirmé que:  »est la 3efenêtre de l’enfer qui s’est ouverte pour le Faso ». A la question à savoir est ce que c’est la 4e fenêtre ou la porte de l’enfer qui s’ouvre sur le Faso? Le natif de Zoula nous  répond : »Ce qui va arriver au peuple Burkinabè, je m’en fou éperdument. C’est un peuple différent des autres peuples, on parle de peuple quand ce sont des gens qui ont une vision commune et qui se soudent pour atteindre un objectif déterminé, mais ce peuple il n’y a rien  ».

Le Pr Laurent BADO compte aller bientôt vivre  dans son villa à Zoula loin de la politique politicienne et des brouhahas de la ville.

 

Yves MENSA

  Ouest Actu

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici