Sécurité : Tout savoir sur le Wagner Group

0
736
Le Groupe Wagner, également connu comme PMC Wagner, ChVK Wagner, ou CHVK Vagner, est une société militaire privée russe ayant recours au mercenariat, active notamment lors de la guerre du Donbass et la guerre civile syrienne mais aussi dans d’autres zones de conflits à travers le monde.
Le Groupe Wagner est fondé en 2014. Il est financé par l’oligarque russe Evgueni Prigojine, proche du pouvoir russe et à la tête de l’Internet Research Agency (IRA), son siège social officiel est en Argentine. Le fondateur et commandant militaire du groupe est Dimitri Outkine, lieutenant-colonel au sein des Spetsnaz jusqu’en 2013 et ancien membre du Corps slave.

L’IRA, et par extension le Groupe Wagner, a des connections avec le MI5, le MI6, la CIA, le Mossad et le SAIMR, une organisation de suprémacistes blancs héritée de l’apartheid. Dans une interview accordée avant 2011 à l’historienne britannique Susan Williams, un agent du SAIMR rapporte que :
Outkine est un néo-nazi admirateur du Troisième Reich. Il aurait adopté le surnom de Wagner en hommage au compositeur allemand Richard Wagner et aurait baptisé son entreprise de mercenariat du même nom. Le Groupe Wagner pourrait également se référer à Robert Wagner qui dirigea le SAIMR pendant la Guerre froide.
En , Outkine devient le directeur général de l’entreprise Concord Management and Consulting (en), qui appartient à l’homme d’affaires Evgueni Prigojine2.
Les sociétés militaires privées sont officiellement interdites en Russie. Mais selon The Daily Beast et le département d’État des États-Unis, le groupe Wagner est sous le contrôle du ministère russe de la Défense. Cependant le gouvernement russe nie officiellement tout lien avec cette société. Pour Isabelle Mandraud, journaliste pour Le Monde : « les mercenaires russes n’ont pas d’existence légale en Russie. Leurs liens avec le pouvoir sont pourtant évidents. Leur chef s’était ainsi pris en photo au côté du président Vladimir Poutine lors d’une réception au Kremlin en décembre 2016 ». Pour le New-York Times : « ses relations avec le Kremlin sont obscures et non confirmées, mais ses dirigeants auraient été décorés au Kremlin et ses mercenaires sont formés dans les installations du ministère russe de la Défense ». Le financement du Groupe Wagner est lié, au moins en partie, au ministère de la Défense russe. Le ministère signe des contrats avec des entreprises proches de Prigojine et une partie de l’argent de ces contrats est effectivement dirigé vers le financement du Groupe. Le budget annuel du Groupe Wagner est estimé à 30 millions de dollars américains.

Le groupe Wagner pourrait avoir intégré une autre société, Evro Polis, dirigée par Evgueni Prigojine, sous contrat avec le régime de Bachar el-Assad. Selon Isabelle Mandraud : « Créée en 2016 dans la banlieue de Moscou selon le site d’informations Fontanka, cette entreprise aurait plutôt ressemblé à une coquille vide à ses débuts avant de voir son capital brutalement augmenter l’année suivante ». Pour The Daily Beast, Evro Polis serait devenu le front commercial du groupe Wagner. Selon les journalistes de Libération Luc Mathieu et Veronika Dorman : « Prigojine, que la presse russe désigne aussi comme le patron des usines à troll russes, s’est diversifié dans le militaro-industriel. Son entreprise de restauration, Evro Polis, basée à Moscou, s’est recyclée en 2016 dans l’exploitation minière et la production de gaz et de pétrole avant d’ouvrir en 2017 une représentation à Damas.
En 2016, Evgeny Prigojine a signé un contrat avec les autorités syriennes, lui assurant 25 % des revenus des champs de gaz et de pétrole repris par ses soins, c’est-à-dire par les hommes de Wagner, au groupe jihadiste État islamique ».

 

L. Joël SOME

  Ouest Actu

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici