Home Politique CEDEAO /Levée de sanctions contre le Niger: Une stratégie pour libérer Bazoum...

CEDEAO /Levée de sanctions contre le Niger: Une stratégie pour libérer Bazoum ?

143
0

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) décide de mettre fin aux sanctions économiques et commerciales contre le Niger. Ces sanctions seront levées « avec effet immédiat », a déclaré samedi 24 février, le président de la Commission de la CEDEAO, Omar Alieu Touray, à l’issue de la réunion de l’organisation dans la capitale nigériane à Abuja.

L’organisation sous régionale s’est réuni en session extraordinaire samedi pour décider de la levée immédiate des sanctions économiques et commerciales qui pèsent sur la population du Niger depuis plusieurs mois.

Lors de l’ouverture du sommet, le président nigérian Bola Tinubu, président en exercice de la CEDEAO, a déclaré que  » les décisions prises lors de cette réunion vise à défendre les principes démocratiques et à promouvoir le bien-être social et économique des citoyens »

Ainsi, après le retrait du Niger, Mali et Burkina-Faso de la CEDEAO, ces sanctions sont levées avec « effet immédiat » impliquant l’ouverture des frontières et le rétablissement des survols du Niger.

L’organisation prendrait ces mesures pour convaincre le Niger, le Burkina-Faso et le Mali à  surseoir à leur décision de retrait de la CEDEAO.

Sur le sujet, Monsieur Tinubu a invité les Etats du Sahel « à reconsidérer leur décision et à ne pas percevoir notre organisation comme un ennemi ».

Dans le caractère immédiat de cette décision pour des objectifs « humanitaires », le Bénin rouvre ses frontières avec le Niger pour laisser circuler les camions et leurs marchandises. Mais le Niger reste toujours fermé à tout accès.

De l’avis de certains experts, la décision ne vise pas uniquement à « soulager la souffrance des populations ». En réalité, l’organisation se préoccupe toujours du sort du Président déchu Mohammed Bazoum et donc ne veut rien lâcher sur les sanctions politiques.

D’ailleurs, le président de la Commission de la CEDEAO, Omar Alieu Touray a révélé à la presse que les « sanctions ciblées ainsi que des sanctions politiques restent en vigueur ».

La levée « purement humanitaire » des sanctions dans le but d’atténuer les souffrances causées par la situation serait – elle alors pure utopie ?

En cela, le pas tardif de la CEDEAO vers la normalisation vis-à-vis du Niger soulève bien de questions. L’organisation jouerait – elle encore la carte de la déstabilisation?

Des sanctions levées ?

L’Organisation sous-régionale décide de lever avec effet immédiat les sanctions suivantes imposées à la République du Niger :

a. Fermeture des frontières terrestres et aériennes entre les pays de la CEDEAO et le Niger;

b. Institution d’une zone d’exclusion aérienne de la CEDEAO sur tous les vols commerciaux à destination et en provenance du Niger;

c. Suspension de toutes les transactions commerciales et financières entre États membres de la CEDEAO et Niger ;

d. Gel de toutes les transactions de services, y compris les services publics et l’électricité vers la République du Niger ;

e. Gel des avoirs de la République du Niger dans les Banques Centrales de la CEDEAO ;

f. Gel des avoirs de l’État du Niger, des entreprises publiques et parapubliques dans les banques commerciales;

g. Suspension du Niger de toute aide financière et transactions avec toutes les institutions financières, notamment la BIDC et la BOAD ;

h. Interdiction de voyager pour les fonctionnaires du gouvernement et les membres de leur famille.

Devant une organisation qui ne cesse de réclamer Bazoum et ayant déjà reculé sur l’envoi de troupes militaires au Niger, l’ouverture des frontières terrestres et aériennes avec « effet immédiat » dans une dynamique de « normalisation » reste tout de même une décision préoccupante.

Eric K.

Previous articleUne sonde américaine sur la Lune, une première pour une entreprise privée
Next articleCEDEAO: « Un appui financier » pour acheter le retour de l’AES dans l’organisation ?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here