Home Politique Burkina-Faso : Projet de loi portant autorisation d’envoi de contingent militaire adopté

Burkina-Faso : Projet de loi portant autorisation d’envoi de contingent militaire adopté

267
0

C’est à l’unanimité que le projet de loi portant autorisation d’envoi du contingent burkinabè en République du Niger a été adopté mardi 19 septembre 2023 par l’Assemblée Législatif de la Transition (ALT) lors de sa séance plénière. Cette adoption intervient dans le cadre de la bonne coopération renforcée par la récente signature instituant l’Alliance des Etats Sahéliens (AES).

Jouissant de cette coalition naissante, le regroupement Burkina-Faso, Mali, Niger, qui s’était conféré mutuellement un pacte de non-agression entre Etats membres mais plutôt de lutter contre toute forme de terrorisme venu de l’extérieur, va expérimenter un premier déploiement de contingent militaire burkinabè en son sein.

L’adoption de ce projet de loi vient donner une légitimité à ce déploiement dans un cadre d’assistance militaire au Niger au moment où la CEDEAO accède à la demande du Bénin, d’ouvrir un couloir humanitaire à sa frontière avec le Niger.

Alors que le désamour entre les nouvelles autorités nigériennes et l’organisation sous régionale est consommé faisant planer le spectre d’une attaque militaire étrangère contre les nouvelles autorités du Niger, le Colonel-Major Kassoum Coulibaly, ministre d’Etat en charge de la Défense révèle que « l’assistance militaire dévolue au contingent consistera à donner une main forte et un appui capacitaire dans des domaines assez précis ».

Selon lui, le déploiement en lui-même va « contribuer au renforcement de la lutte contre le terrorisme… »

Pour le ministre nigérien, un tel déploiement va permettre de « … disposer de points d’appui dans la profondeur du territoire nigérien pour lutter contre les groupes terroristes qui s’y réfugient souvent après avoir commis des attaques sur notre territoire ».

L’opération du contingent militaire burkinabè au Niger devrait prendre trois mois renouvelable.

Dans le cadre de la mise en œuvre de l’assistance militaire avec le Niger, il ne sera pas de trop de signer un mémorandum qui aura pour effet le statut des membres du contingent pour mettre l’accent sur les différentes garanties, souligne le ministre de la défense.

 

Eric

Previous articleBurkina Faso : Monsieur Bassolé Hippolyte, la pièce maîtresse d’une manipulation présumée au sein de la SONABHY?
Next articleTogo : Les autorités allègent les frais de dédouanement des véhicules de 30%

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here