Home Politique Burkina-Faso : Quand la CGT-B se met les bâtons dans les roues

Burkina-Faso : Quand la CGT-B se met les bâtons dans les roues

144
0

Lorsqu’un groupe syndical s’en prend violemment au pouvoir en place, il devient une gangrène au sein de la société. La « grogne » supposée de la Confédération Générale des Travailleurs Burkinabè (CGT-B) est une véritable forfaiture envers la République.

Depuis quelques jours, le secrétaire Général de la CGT-B, Moussa Diallo, fanfaronne sur des actions soi-disant « liberticides » du gouvernement de la transition.

Il agit clairement pour vilipender les efforts des autorités qui parviennent à anéantir les poches de résistances terroristes.

D’ailleurs, de sources concordantes, les dernières embuscades et la sortie de Moussa Diallo seraient étroitement liées.

L’objectif de Moussa Diallo est de susciter la colère de la population par tous les moyens. Pour ce faire, le syndicaliste est allé jusqu’à orchestrer les embuscades contre les VDP et les FDS.

Selon des informations en cours de vérification, Moussa Diallo entretiendrait des liens étroits avec certains hommes politiques Burkinabé en exil, ainsi qu’avec d’autres présents sur le territoire.

Elles confortent ainsi la thèse que, la sortie du secrétaire général de la CGT-B le jour de l’embuscade, n’est pas une coïncidence.

La manipulation consiste à occasionner suffisamment de pertes au sein de nos forces combattantes pour monter le peuple contre ses dirigeants.

Dans sa tentative désespérée de discréditer le pouvoir, Moussa Diallo a d’ores et déjà du sang sur les mains.

Ainsi, quiconque prend part au meeting du 31 octobre est contre le capitaine Ibrahim Traoré et son gouvernement.

Pour quelle somme d’argent Moussa Diallo serait-il encore prêt à trahir ses concitoyens ?

Entre critique et manipulation, l’acharnement est un coup de bâton dans l’eau.

Mais, les critiques aventurières du syndicaliste, font déjà le chou gras des médias français.

RFI, sans plus attendre, saute sur l’occasion, se contentant des miettes pour jeter de l’huile sur le feu.

En manque d’information, le chantre français de l’intox, est encore au cœur du complot.

Loin de s’étonner de cette manœuvre médiatique, le peuple burkinabè doit « balayer du revers de la main » toute forme de manipulation et acharnements du secrétaire Général  de la CGT-B.

Toutefois le groupe syndical a largement outrepassé ses prérogatives. Les autorités doivent envisager une mesure restrictive contre tout meeting devant menacer la paix sociale.

Eric

Previous articleLes autorités de la RDC et de l’Ouganda suppriment l’obligation de visa
Next articleTOGO /Rentrée scolaire : Don de matériels didactiques des autorités aux élèves

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here