Home Culture Fête du coq: Camerounais et Tchadiens réunis par le rituel

Fête du coq: Camerounais et Tchadiens réunis par le rituel

240
0

La Fête du coq, précisément appelé « Feo Kague » dans la communauté Toupouri-Kera-Wina est un rituel qui marque le début d’une nouvelle année pour ces peuples établis au Cameroun et au Tchad. Samedi 25 novembre 2023 était donc le jour choisi par ceux habitant le département du Logone et Chari (région de l’Extrême-Nord) et leurs frères du Tchad pour immoler leur coq à Kousseri. C’était en présence de Mathias Fombele Tayem, le préfet du Logone et Chari.

Pour ces peuples, le coup d’envoi de la Fête du coq est donné chaque année par « Wang Doré », le chef spirituel supérieur de tous les Toupouri-Kera-Wina du monde entier. Ce guide spirituel réside dans la localité de Doré à 7 km de la préfecture de Fianga au Tchad. Après la célébration de la fête du coq par ce chef suprême le 23 septembre dernier, les chefs des autres villages et villes pouvait à leur tour choisir leurs dates de célébration.

En réalité, il s’agit pour Wang Doré, d’immoler un coq et répandre du « bili-bili » en invoquant le Dieu Tout-Puissant pour qu’il accorde des grâces de paix, de récoltes abondantes, de solidarité et de fraternité pour les peuples Toupouri-Kera-Wina du Cameroun et du Tchad. Cette immolation est précédée des assises sous l’arbre à palabre pour évoquer les problèmes qui ont miné la société au cours de l’année écoulée et enterrer la hache de guerre en cas de conflit entre les communautés.

Pour Gabriel Kamdy, chef de cette communauté à Kousseri, cette 5e édition de la célébration dans la ville de Kousseri, est placée sous le signe du vivre ensemble dans la diversité culturelle.

Eric  K.

Previous articleLa COP28 a démarre jeudi à Dubaï
Next article2ème édition de Hamb’Art festival: Près de 15 000 festivaliers attendus

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here