Home Economie Niger / Création d’une monnaie unique de l’AES: « au moment opportun,...

Niger / Création d’une monnaie unique de l’AES: « au moment opportun, nous déciderons…» (Abdourahamane Tiani)

108
0

Dans un entretien exclusif lundi 12 février 2024, à Niamey à la Télévision nationale, le Chef de l’Etat du Niger, le Général de Brigade Abdourahamane Tiani a rassuré l’opinion concernant la création d’une monnaie unique des pays de l’Alliance des Etats du Sahel (AES). 

Au Niger, le Président du Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie (CNSP), le Chef de l’Etat, le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, a déclaré à la télévision concernant la création de la monnaie que « Chaque chose a son temps…».
« La monnaie est une étape de sortie de cette colonisation, les Etats de l’AES ont des experts et au moment opportun, nous déciderons et nous allons décider insha’Allah », a déclaré le Général de Brigade Abdourahamane Tiani.
Le Chef de l’Etat Nigérien a en outre souligné que la monnaie c’est un signe de souveraineté, et qu’ils sont engagés dans un processus de recouvrement de leur souveraineté totale. « Nous l’avons dit, il faut ouvrir l’armoire de l’histoire récente des Etats africains, sortir tous les dossiers, les dépoussiérer, les analyser, les évaluer et décider pour l’intérêt de nos peuples », a-t-il estimé tout en insistant qu’il n’est plus question que nos Etats soient la vache à lait de la France.
Le Président du CNSP va plus loin et martèle que « la France nous a spoliés plus de 107 ans, la France doit payer cash les dettes de 65 ans de pillages systématiques de nos ressources et les 42 ans, nous trouverons un échéancier pour qu’on soit quitte avec la France » avant de regretter que « nos Etats auraient dû sortir de ce qui était devenu la CEDEAO depuis 1990 pourtant jusqu’à aujourd’hui la majorité numérique des membres continuent à être membres de la communauté ».

Selon un économiste

Le chercheur à l’Association Internationale de l’économie du Développement, Ndongo Samba Sylla, sur un média international, déclare que le retrait des pays de l’AES de la CEDEAO, n’occasionnera aucune perte pour les autres pays voisins.

Pour l’économiste sénégalais, dans un premier temps, il ne faut pas sous estimer les bénéfices d’intégration économique.

« Le commerce à l’intérieur de la CEDEAO est très faible. Le Mali et le Burkina exportent du coton. Ce qui faudrait voir c’est le potentiel de développement. Quand ces pays se développent cela bénéficie aux pays voisins. Par exemple si les pays de l’AES augmentent la production agricole, l’exportation peut bénéficier aux pays voisins. Il faut dire également que les tarifs douaniers n’ont pas vocation à remplir les coffres de l’Etat. Les tarifs ont plutôt des objectifs de politiques industrielles. » a affirmé  l’économiste.

Mais sur la création d’une monnaie unique au sein de l’Alliance, Ndongo Samba Sylla pense également que «…les sanctions qui ont été imposées au Mali en janvier 2022 avec le Niger, ce sont des sanctions impossibles à mettre en œuvre quand vous disposez de votre propre monnaie nationale. Cela veut dire qu’il est possible que la Banque centrale prive certains Etat de l’accès à leur propre compte ce qui n’est pas possible quand vous disposez de votre propre monnaie.  ». a-t-il encore précisé avant de poursuivre que  « C’est seulement dans les pays francophones que nous croyons que battre une monnaie c’est quelque chose de miraculeux ou extrêmement dangereux. il n’y a que moins de 7% de la population mondiale qui évolue dans une union monétaire. Cela veut dire que presque tous les autres pays ont leur propre monnaie. Donc il est bien possible de sortir du CFA et c’est souhaitable » a-t-il laissé entendre.

Dans son intervention l’économiste s’est surtout indigné de l’arrimage du Francs CFA à la monnaie européenne « parce que le CFA impose un déficit de financement de l’économie et une surévaluation du taux de change ». Et à l’économiste de continuer qu’ «Il n’y a aucun pays du monde, à part les pays CFA qui produisent du pétrole et du gaz et qui fixent leur monnaie à l’Euro. Si vous fixer par exemple au dollar, vous avez beaucoup plus d’avantage, vous avez cette même stabilité, vous avez beaucoup plus de marge de manœuvre. Donc c’est possible et c’est souhaitable ». a -t-il conclu.

Eric K.

Previous articleBurkina-Faso / Centre-nord: L’armée neutralise des terroristes sur le point d’attaquer un convoi
Next articleFaure Gnassingbé de nouveau en visite officielle au Congo-Brazzaville

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here