Home Economie AES: Les pays membres annoncent la construction d’une centrale nucléaire d’ici 2034

AES: Les pays membres annoncent la construction d’une centrale nucléaire d’ici 2034

143
0

Les sociétés nationales d’électricité des pays membres de l’Alliance des Etats du Sahel (AES) se sont concerté pendant trois jours sur les stratégies de la sécurisation de l’approvisionnement en énergie électrique. La rencontre s’est déroulé mardi 20 février 2024 à Ouagadougou sous le thème, « Quelles stratégies pour sécuriser l’approvisionnement des pays de l’AES en énergie électrique ? »

C’est une occasion qui a permis aux experts des sociétés nationales d’électricité des pays membres de l’AES, de proposer des stratégies de sécurisation d’approvisionnement en énergie électrique de l’Alliance des Etats du Sahel (AES).

Selon Hawa Teguete Dembélé de  EDM SA/Mali (Energie du Mali), ces stratégies sont basées sur la valorisation des ressources endogènes de production fossile, à mettre en œuvre avec les lignes HTB d’évacuation et d’interconnexion ainsi que sur la définition des mécanismes appropriés d’un système de distribution et de commercialisation.

A terme, il s’agit de disposer d’une centrale nucléaire dans l’espace AES d’ici l’an 2034. En attendant, une des actions consiste à construire et mettre en service avant l’an 2028, une centrale à charbon de Salkadamna d’au moins 600 MW avec la collaboration des deux autres pays et la ligne HTB 330KV Salkadamna-Niamey. De ce projet va également naître un pipeline reliant le Niger au Mali puis au Burkina-Faso.

Pour le directeur général de la Sonabel,  de nombreuses infrastructures sont prévues dans le cadre de ces réflexions et elles auront la capacité de fournir l’électricité au-delà des frontières nationales. Prenant l’exemple de la centrale à charbon de Salkadamna, Souleymane Ouédraogo a précisé qu’elle a une puissance de 600 MW alors que  les besoins actuels du Niger sont inférieurs à 300 MW.

« Avec cette centrale, on pourra transporter l’énergie jusqu’au Burkina et au Mali. Il y a également de grandes centrales solaires qui seront développées au Burkina Faso. Des centrales de très grandes capacités qui permettront d’approvisionner aussi bien le Niger que le Mali », a-t-il déclaré.

Dans sa déclaration, Souleymane Ouédraogo a encore précisé qu’il convient de «… renforcer la coopération énergétique dans notre espace sahélien », face à un environnement socio-politique en pleine mutation.

Pour concrétiser ces projets, les experts des sociétés nationales d’électricité des pays de l’Alliance des Etats du Sahel ont fait des recommandations qui prévoient la création d’une cellule de suivi. De plus, elles prévoient une coordination devant évoluer à moyen terme en un secrétariat permanent, puis à long terme en une communauté électrique de l’AES.

La mise en place des mécanismes de mobilisation des ressources propres et le développement des nouveaux partenariats nécessaires à la mise en œuvre des actions constituent aussi l’une des recommandations.

Les experts ont également recommandé d’harmoniser les textes  nationaux dans les trois pays en vue de promouvoir l’efficacité énergétique et l’encouragement de l’économie d’énergie chez les consommateurs finaux. La dernière recommandation est la mise en place d’une politique tarifaire au sein de l’AES.

Eric K.

Previous articleBurkina-Faso: Une nouvelle loi migratoire et de séjour des étrangers, adoptée
Next articleTOGO: New World Tv obtient le droit de diffusion des compétitions CAF

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here