Home Politique Mali : Les autorités reportent la tenue de la Présidentielle de 2024

Mali : Les autorités reportent la tenue de la Présidentielle de 2024

166
0

Les élections Présidentielles devant se tenir en février 2024 dans le cadre du retour à un gouvernement civil, ont été reportées. Les autorités maliennes en ont fait l’annonce et donné les raisons de ce report.

« Les dates initialement retenues du 4 et du 18 février 2024 pour les deux tours « connaîtront un léger report pour des raisons techniques », a dit le porte-parole du gouvernement, le colonel Abdoulaye Maïga, dans une déclaration lue devant des journalistes à Bamako.

Les raisons « techniques » ainsi révélées s’expliquent par « la prise en otage de la base de données du recensement administratif à vocation d’état civil (RAVEC) par le prestataire IDEMIA, une société française ».

En fait, cette société est spécialisée dans la sécurité numérique et considérée comme un des leaders mondiaux de la reconnaissance biométrique.

Selon le porte-parole du gouvernement, elle est impliquée dans le processus au niveau du recensement et réclame le paiement de plus de 5,2 milliards de francs CFA (soit 8 millions d’euros) aux autorités maliennes et refuse de faire « le transfert de propriété du système, dont la transmission du mot de passe fait partie ».

Et au colonel Abdoulaye Maïga de poursuivre que les autorités maliennes ne comptent pas régler la somme réclamée par la société française après constatation d’irrégularités dans le contrat signé.

En d’autres termes, précise encore le communiqué lu par le porte-parole du gouvernement, « le contrat signé avec cette société en 2018 portait sur une solution propriétaire, dont le Mali n’a pas le code d’accès ».

Par conséquent, les autorités annoncent « le démarrage, sur instruction de son Excellence le Colonel Assimi Goïta, Président de la Transition, Chef de l’État, des démarches administratives pour effectuer dans les plus brefs délais le basculement de notre base de données sur un autre système qui sera exclusivement contrôlé par le Mali, sans aucun risque de vol de données, ni de prise en otage ».

Eric

Previous articleNiger : Le CNSP fustige « les agissements perfides » d’Antonio Guterres
Next articleONU/RDC: Tshisekedi à la tribune sur l’agression rwandaise

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here