Home Politique Burkina-Faso : Quand la mort du commandant TOHOUGOBOU Ismaël sert de leçon...

Burkina-Faso : Quand la mort du commandant TOHOUGOBOU Ismaël sert de leçon aux commanditaires du coup avorté

228
0

Dans l’affaire de tentative d’atteinte à la sûreté de l’Etat, parmi les officiers cités, figure le commandant TOHOUGOBOU Ismaël. Placé sous mandat d’arrêt pour complicité, l’officier des Forces Armées, a trouvé la mort lors de son interpellation « qui aurait mal tourné ».

Le commandant TOHOUGOBOU Ismaël, a, en plus de son implication dans l’affaire de coup d’Etat déjoué, émis des refus à comparaitre devant les autorités avant de disparaitre dans la nature.

Cet officier renégat, s’est joué plusieurs jours des autorités lancées à sa recherche.

Grâce aux révélations des personnes arrêtées, il sera finalement repéré au quartier Gounghin à Ouagadougou.

A l’arrivé des Forces sur les lieux avec un mandat d’amener, le commandant en question ouvre soudain le feu, blessant des individus. Il s’en suit alors une riposte qui lui aura été fatale.

Dans le cadre de la légitime défense, les Forces étaient obligés d’abattre le commandant qui dans son opposition a fait usage de son arme.

Il a voulu tué par l’épée, il a alors péri par l’épée. C’est le sort réservé aux traitres de la république dont la sombre mission est d’assassiner le Capitaine Ibrahim Traoré et d’autres personnalités.

Selon plusieurs informations, le plan du coup d’Etat consistait à tuer le Capitaine Ibrahim Traoré et ses collaborateurs, pour ensuite faire disparaître les corps comme cela a été le cas de Thomas Sankara.

Les commanditaires de la déstabilisation avortée, ont été rassurés du soutien financier et matériel de certaines personnalités ivoiriennes à l’instar de Va-Sidiki Traoré, qui n’est autre que le chef des renseignements Ivoiriens.

La collaboration entre le DGA ANR Burkinabé et le patron des renseignements Ivoiriens a convaincu les officiers de la réussite du coup.

Malheureusement pour eux aujourd’hui, plusieurs d’entre eux sont mis aux arrêts.

Le commandant TOHOUGOBOU Ismaël aurait pu être en vie pour répondre de ses actes et dénoncer d’autres commanditaires.

Mais les officiers qui ont contribué au complot, seront bel et bien tous arrêtés eu égard à leur titre ou grade.

Dans la dynamique de cet incident, des individus travaillent encore à manipuler les burkinabè.

Ils veulent se servir de la mort de l’officier pour récupérer l’échec du coup d’Etat à des fins d’appel à manifester dans les rues.

Après un tel échec, une insurrection, pensent ils, pourra certainement bien servir la sale besogne.

Il est alors tout à fait opportuniste et malveillant de présenter les acolytes du commandant comme des victimes après tout ce qu’ils ont fait enduré au peuple burkinabè.

L’éveil des consciences au sein du peuple est inébranlable. Les complices de cette tentative de coup d’Etat devrait savoir qu’il ne sert à rien de vouloir retrouver la face.

Car il n’y a rien d’héroïque à mourir l’arme à la main après avoir trahi son propre peuple et de surcroit en tant qu’officier ayant prêté serment pour servir la République.

La mort du commandant devrait plutôt servir de leçon pour tous ceux qui ont conspiré dans le dos des autorités.

Eric

Previous articleCôte d’Ivoire : Alassane Ouattara met fin aux fonctions du Chef du gouvernement, Patrick Achi
Next articleBurkina-Faso/ Mort du commandant TOHOUGOBOU Ismaël: Un burkinabè explique les faits

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here