Home Climat COP28: A la recherche d’un consensus « historique » sur le fossile

COP28: A la recherche d’un consensus « historique » sur le fossile

83
0

Toutes les nations du monde se retrouvent le 13 décembre à Dubaï à la conférence sur le Climat de la COP 28. Il s’agira pour tous les pays de convenir à un accord sur l’abandon des énergies fossiles. 

Le communiqué lu par le président Emirati de la conférence des Nations-Unies sur le climat, propose comme solution sur le changement climatique, de relever toutes les énergies fossiles responsables dans le but d’adopter une décision commune.

D’ailleurs, tous les européens s’accordent à dire que la solution de l’abandon du fossile est « historique » .

C’est également le cas du ministre danois du climat, Dan Jargensen, qui à son tour qualifie le texte d’ « historique » avant de prendre part à la pépinière de la COP 28.

Pour le ministre irlandais de l’Environnement, Eamon Ryan, « Cela peut être un moment historique qui pour la première fois en 30 ans identifie, pointe la source du problème et appelle au changement et à s’y attaquer ».

L’alliance des petits États insulaires (Aosis), qui réclame des mesures fortes contre les énergies fossiles, a ainsi, à la fois, salué une « amélioration » et signalé des « inquiétudes ». Mais l’émissaire chinois pour le climat, Xie Zhenhua, est arrivé tout sourire et les deux pouces levés.

Pour entrer dans l’histoire, ce texte de compromis, fruit de pénibles négociations entre notamment l’Union européenne, les petits pays insulaires, les États-Unis, la Chine et l’Arabie saoudite, devra en effet être approuvé par le consensus de près de 200 pays. Un seul pays peut objecter à l’adoption d’une décision à la COP, selon les règles de l’ONU Climat.

À ce jour, seule la « réduction » du charbon avait été actée à la COP26 à Glasgow. Jamais le pétrole ni le gaz n’avaient été désignés. Dans le projet d’accord des Émirats figure une reconnaissance du rôle joué par des « énergies de transition », allusion au gaz, pour assurer la « sécurité énergétique » des pays en développement.

Eric K.

Previous articleTOGO: Dans la perspective de tirer profit de la capture du dividende démographique
Next articleCAF AWARDS : Le Nigeria doublement distingué

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here