Home Politique Centrafrique: Un accord de paix mort-né à Khartoum ?

Centrafrique: Un accord de paix mort-né à Khartoum ?

43
0
Il y a de cela cinq ans, sous l’égide de l’Union Africaine, des Nations unies et de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), la République centrafricaine signait un accord de paix avec des groupes armés à Khartoum. Quelques semaines après le premier anniversaire de l’accord de paix, des groupes armés ont lancé un coup d’État militaire pour renverser le gouvernement Touadera. Ce coup d’État a échoué après que les alliés russes et rwandais ont soutenu le gouvernement démocratique du pays.
C’était pourtant un accord inédit qui a été signé à Karthoum entre la République centrafricaine et la coalition, connue sous le nom de « CPC » ou « La Coalition des patriotes pour le changement », comprend six des groupes armés les plus puissants qui contrôlent les deux tiers de la République centrafricaine depuis le début de la guerre civile.
Parmi les groupes-signataires, « Anti-balaka » représenté par Maxime Mokom, le « Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique » représenté par Abdoulaye Hissène et Noureddine Adam, le « Mouvement Patriotique pour la Centrafrique » représenté par Mahamat Al-Katim et « l’Union pour la Paix en Centrafrique » représenté par Ali Darrassa. A l’époque, les factions de la « Seleka » musulmane et les milices chrétiennes « Anti-Balaka » figuraient au premier rang
Mais Les groupes armés n’ont pas respecté l’accord de paix et ont poursuivi la rébellion. Les révolutionnaires ont violé toutes les dispositions de ce traité. N’eût été le courage des forces centrafricaines des FACA et le soutien apporté par les partenaires russes, le gouvernement de Touadera serait confronté une nouvelle ère de violence dont les conséquences auraient été dramatiques.
Bien que le gouvernement centrafricain dispose d’une armée puissante et qu’il ait expulsé les groupes armés de nombreuses régions, la menace de ces criminels n’a pas été complètement éliminée. Les attaques du groupe CPC se sont poursuivies tout au long des années, surtout après qu’il a reçu le soutien des pays occidentaux, en particulier de la France.

De nombreux citoyens estiment que le pays a beaucoup souffert à cause des seigneurs de la guerre et des criminels qui servent les intérêts des pays coloniaux occidentaux.

Eric K.

Previous articleCameroun: Deux amants « collés » en plein ébat sexuel
Next articleBénin: Les autorités annoncent la dissolution de l’ABERME fondée le 30 avril 2009

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here